Le Cerveau Mélomane : la musique au service de la médecine

Le Cerveau Mélomane : la musique au service de la médecineRécemment j’ai eu la chance de tomber sur une très belle émission de La Tête au Carré sur France Inter. Le sujet abordé était le conscient et le subconscient en première partie, suivi de la deuxième partie qui traitait du cerveau mélomane. Dans l’émission étaient invités Emmanuel Bigand, Professeur de Psychologie Cognitive à l’Université de Bourgogne et auteur du livre Le Cerveau Mélomane paru aux Editions Belin, ainsi qu’Hervé Platel, Professeur de Neuropsychologie au Laboratoire INSERM U 1077 à l’Université de Caen et co-auteur du même livre.

En tant que mélomane et pianiste, j’ai écouté cette émission avec attention, ce sujet m’a tellement intéressé que j’ai décidé d’acheter le livre et de faire ma propre recherche sur l’utilisation de la musique en médecine.

La musique fait partie de notre culture, de notre histoire et même de notre physiologie, comme vous allez le voir. Elle est un allié précieux en médecine et a un effet bien plus important sur notre développement et notre physiologie qu’on ne le pense.

Pour accompagner la lecture de cet article, je vous propose d’écouter mon compositeur favori, qui vous transportera dans votre imaginaire. Si vous avez l’occasion de mettre un casque audio, faites le, l’expérience n’en sera que meilleure et plus profonde!

Pour ceux qui n’ont pas le temps de l’écouter, voici un petit résumé de l’émission

  • La musique est antérieure au langage, l’Homme a probablement chanté avant de savoir parler.
  • La musique joue un rôle considérable dans le développement du langage et probablement aussi dans le développement de l’intellect.
  • La musique agit sur le corps via le cerveau : elle modifie et augmente les connections synaptiques, créé une plasticité cérébrale et augmente la communication entre différentes aires du cerveau.
  • En médecine la musique était utilisée initialement par le thérapeute comme moyen pour rentrer en communication avec le patient. Maintenant on parle de « la musique qui soigne » : elle calme la douleur, réduit l’anxiété et apporte des bénéfices cognitifs
  • La musique est efficace dans le traitement des maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson et dans la rééducation après un AVC.
  • La musique contribue également à réhumaniser la relation soignant-patient et à réhumaniser le patient lui-même.
  • La musique a un effet différent sur le cerveau d’un musicien que sur le cerveau d’un sujet non musicien. Mais même chez les sujets âgés non musiciens, le cerveau peut se réadapter avec la musique.

Source : www.legazier.com