La Musicothérapie Permettrait de Freiner l’Evolution de la Maladie d’Alzheimer

La Musicothérapie Permettrait de Freiner l'Evolution de la Maladie d'AlzheimerLes médicaments ne peuvent pas grand-chose contre la maladie d’Alzheimer. La musique, en revanche, permet de stimuler le cerveau de la personne malade et de lui offrir un peu de bien-être. Un atelier est lancé en ce sens à Montfort-sur-Risle.

C’est une première dans la région de Pont-Audemer. L’école de musique de Montfort-sur-Risle propose pour cette rentrée des séances de musicothérapie à destination des malades d’Alzheimer : « Ces séances ont pour but de stimuler le cerveau des malades. La musique permet de stimuler également la mémoire, de faire remonter des souvenirs ou des sensations disparues. Nous avons tous des musiques qui nous rappellent certains moments de notre vie. »

Chansons d’antan

John Evra, musicothérapeute diplômé, est en charge de cet atelier Alzheimer : « A l’aide de chansons de leur époque, je tente de ramener à la surface des sentiments chez ses personnes. Le fait de travailler en groupe permet aussi une stimulation entre les participants, des échanges qui leur font du bien. »

En fonction de l’avancement de la pathologie, les malades peuvent également chanter ou faire eux-mêmes de la musique, « dans le respect des possibilités des participants », précise John Evra.

Si les médicaments sont peu efficaces pour lutter contre la maladie d’Alzheimer, la musique, entre autres, peut permettre de freiner l’avancée de la maladie : « Les thérapeutiques non médicamenteuses sont un élément important de la prise en charge. Elles apportent un mieux-être et permettent de conserver un lien social. Elles aideraient à préserver plus longtemps les fonctions cognitives, à prolonger l’autonomie, voire à augmenter l’espérance de vie. »

Ces mots ne sont pas ceux de John Evra mais ceux de la Haute Autorité de Santé, dans une lettre concernant le plan Alzheimer 2012. Une preuve supplémentaire des bienfaits de la musique sur les malades d’Alzheimer, de plus en plus nombreux en France et dans le monde.

Si un de vos proches est victime de la maladie, n’hésitez donc pas à contacter John Evra. Votre parent pourrait en tirer un réel profit, et surtout un soulagement important.

Edouard Kerfriden

Source : www.leveildepontaudemer.fr