Comment se Déroule une Séance de Musicothérapie ?

Comment se Déroule une Séance de Musicothérapie ?Les réponses avec Cécilia Jourt-Pineau, musicothérapeute :

« Les bienfaits du chant en chorale sont multiples. Il y a des bienfaits au niveau de la respiration, de la détente musculaire… Chanter crée des vibrations et cela permet aussi de faire partie d’un ensemble. La musique est à la fois quelque chose d’intime, de très profond, mais c’est aussi quelque chose que l’on partage avec les autres. C’est un moment partagé qui est à la fois intense pour soi mais aussi pour les autres par rapport aux relations et aux liens que l’on tisse.

« En cancérologie, on est sur un protocole individuel qui se passe dans les chambres des patients, qui dure environ de 45 à 50 minutes et qui est axé autour de la musicothérapie réceptive. En musicothérapie, on a deux axes : on parle de musicothérapie active qui sera plutôt du côté de la chorale, du chant, de la pratique instrumentale dans différents contextes et avec différentes méthodes. Il y a également la musicothérapie réceptive qui est plutôt basée sur l’écoute à la fois sonore ou musicale.

« Les cibles majeures au Val-de-Grâce sont la prise en charge de la douleur, l’anxiété, la qualité de vie, la fatigue… Il peut aussi s’agir de troubles de la communication, un sentiment d’isolement, une difficulté passagère face au traitement… Le protocole dure 45 minutes avec une phase d’accueil où le patient va choisir sa propre musique. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises musiques en musicothérapie réceptive. Des patients se relaxent avec du hard rock et d’autres avec du Mozart. Mais si on met du Mozart à une personne qui aime le hard rock, ça ne va pas fonctionner.

« Suite à cette écoute de 20 minutes d’un montage musical, qui va associer dix à douze morceaux, la séance ressemble à une séance d’hypnose avec une phase d’induction où plusieurs paramètres vont être modifiés au fur et à mesure des morceaux qui vont s’enchaîner. Il y a ensuite une phase de relaxation profonde et une phase de réveil. Suite à cette écoute, le patient va verbaliser ce qu’il a ressenti, les émotions, peut-être des souvenirs… Il pourra aussi s’exprimer sur sa maladie et sur les difficultés qu’il rencontre. »

Source : www.allodocteurs.fr